Face à une vaste campagne de désinformation qui dure depuis déjà quelques jours, la MRC des Basques se doit de rétablir certains faits, et surtout dans un dossier ou toutes les cartes n’ont pas encore été tirées.

 

Une économie de plus de 1.5 million de dollars pour les citoyens des Basques

Le conseil de la MRC des Basques, réuni en conseil d’administration, le 13 novembre dernier, a unanimement décidé de ne pas accepter la soumission déposée par Récupération des Basques qui était le seul soumissionnaire pour le contrat de  tri des matières recyclables.   En pleine crise québécoise des matières résiduelles, la MRC des Basques avait encore à faire face à des hausses substantielles des coûts de tri des matières recyclables, et le devoir de saine gestion des deniers publics qui incombe aux élus imposait de comparer les coûts facturés aux citoyens des Basques avec ceux d’autres MRC comparables.  Ces analyses ont démontré des écarts importants qui ont conduit à l’analyse d’autres solutions,  qui ont conduit au constat que ces formules alternatives permettraient des économies d’au-delà de 1.5 million de dollars pour les citoyens des Basques.  « Nous passerions de 421$ la tonne à 145$ la tonne pour le tri de nos matières recyclables pour quelques mois, le temps que l’entreprise que nous consultons actuellement, la Société Via, puisse construire son nouveau centre de tri à Rivière-du-Loup, dont les travaux débuteront au printemps 2020, pour par la suite passer à 100$ la tonne lorsque le tri de nos matières serait fait à Rivière-du-Loup».

Récupération des Basques, un modèle d’affaires malheureusement dépassé depuis 2014

La MRC des Basques a continué à soutenir Récupération par tous les moyens au cours des dernières années.  En effet, lors du dernier appel d’offres (2014-2019), l’écart entre les coûts de facturés par Récupération des Basques (368$ la tonne) et le marché d’alors (27$ la tonne) était déjà très important.  Cependant, la MRC réalisait des économies importantes par la vente de matière, qui générait des revenus qui ramenaient cet écart à un niveau plus acceptable en considération des emplois qui étaient en jeu.  Mais la crise actuelle des matières recyclables a ramené ces revenus de vente  de matières à un niveau tellement bas que cet écart ne cesse de s’accroître.  De surcroît, il est vrai que les matières triées par Récupération des Basques atteignent un niveau de qualité inégalé au Québec, mais cette qualité se transige depuis toujours au même prix que les matières provenant des centres de tri les moins performants en terme de qualité des matières triées.  Il faut également mentionner que la MRC des Basques est toujours à la recherche de mesure permettant de diminuer l’impact sur les emplois d’une éventuelle fermeture de Récupération des Basques, particulièrement en ce qui a trait au personnel ayant des limitations à l’emploi.  De plus, il faut noter que l’écocentre demeurera ouvert et des emplois y seront conservés.

Des élus coincés entre la saine gestion des deniers publics et le maintien des emplois à Récupération des Basques

Prendre la décision de refuser la soumission de Récupération des Basques s’est avéré un exercice très difficile pour l’ensemble des élus des Basques.  En effet, la MRC des Basques n’a pas voulu avancer dans ce dossier sans avoir l’approbation de la majorité des conseils municipaux de la MRC.  Cette décision a été approuvée par 11 des 12 conseils municipaux (incluant le conseil de la MRC).  Une telle décision ne se prend jamais de gaieté de cœur ni à la légère, car d’un côté, si les élus prennent la décision économique, ils sont condamnés sur la place publique pour les pertes d’emplois, et s’ils optent pour les emplois, d’autres citoyens les blâmeront au nom de la saine gestion des deniers publics.

Une décision qui se prendra dans la plus grande transparence

Le conseil de la MRC des Basques continuera d’être à l’écoute de la population et de cheminer vers une décision finale dans ce dossier.  C’est pourquoi, afin d’alimenter le débat public, la MRC des Basques a choisi de soumettre tous les chiffres et enjeux liés à cette décision afin de permettre un débat éclairé et surtout respectueux, car le dialogue qui existe dans la MRC des Basques a toujours été empreint de respect, et il se doit de le demeurer.